CULOZ BASKET CLUB

6, Les Ravières - 01350 CULOZ
culozbasketclub@sfr.fr
 
 
 
 
 
 
Posté le 29/10/2012

Nationale 1 féminine.Culoz titille le leader

Publié le 29/10/2012 
à 06:00 pa

En déployant une belle intensité, les Culoziennes ont tutoyé le leader stéphanois avant de rendre les armes dans les dernières secondes.

Tomczak et les Culoziennes ont traité d'égal à égal avec le leader.    Photo Serge Perrier
Tomczak et les Culoziennes ont traité d'égal à égal avec le leader.   Photo Serge Perrier
En reconquête de leur public, les protégées d’Olivier Mognon et d’Hervé Couvé ont parfaitement accompli leur mission en affichant une volonté de tous les instants et en titillant jusqu’à la dernière seconde les Stéphanoises leaders invaincues, ratant leur scalp d’un cheveu.
Pourtant, tout n’avait pas commencé pour le mieux avec l’entrée en matière impeccable d’Ilvouskaya (5 à 1).
Les Culoziennes multipliaient les stops défensifs, prenaient possession du rebond offensif et, sous l’impulsion de Coutaz, imprimaient un rythme élevé. La tendance initiale était renversée. Culoz prenait les devants dès la quatrième minute (8 à 7), pour enfoncer le clou (15 à 10, 7 e) et virer en tête à l’issue du premier quart (20 à 18).
Les visiteuses avaient affiché de belles qualités, de vélocité notamment dans le jeu rapide. Mais leur maladresse à mi-distance les condamnait à rester dans le sillage des joueuses de l’Ain.
Cette situation perdura dans le second quart où les Bugistes poursuivaient leur course en tête avec un nouveau pic à plus cinq (29 à 24, 16 e).
Une attaque locale muette pendant quatre minutes et deux interceptions assassines des visiteuses renvoyaient les équipes aux vestiaires sur un court avantage des Stéphanoises (31 à 29).
Dès la reprise, 9 points consécutifs de Tomczak remettaient en selle les joueuses de l’Ain (38 à 35, 24 e). Trois tirs de Michalak, en première intention, faisaient des Bugistes un leader fragile à la demi-heure (45 à 44).
Aphone jusqu’alors, l’artillerie lourde stéphanoise allait se réveiller avec Duchez qui enquillait trois tirs bonifiés. Malgré Chaboud et Michalak, Culoz pliait (50 à 57, 33 e). Lentement mais sûrement, les locales, poussées par leur public, recollaient avec une égalisation de Tomczak à deux minutes du terme (59 partout) et une autre de Coutaz à moins d’une minute (63 partout).
Saunier et Duchez donnaient un avantage décisif à Saint-Etienne, les Culoziennes ratant deux balles d’égalisation dans les dernières secondes.
Serge Perrier

LES RÉACTIONS - Nationale 1 féminine.Réactions

Photo Serge Perrier
Photo Serge Perrier
Olivier Mognon
coach de Culoz
« Nous nous sommes remis la tête à l’endroit. Le corps arbitral a bien fait son travail. Je suis satisfait de nos formes de jeu. En jouant comme cela, nous allons prendre des points, à commencer par Villeurbanne samedi prochain. »
Sébastien Nivet
coach de Saint-Etienne
« Je n’ai pas été vraiment inquiet dans la mesure où l’écart n’a jamais dépassé les cinq points. Il a été difficile cependant de vivre un tel match en raison d’un arbitrage inadmissible. Notre patience, dans le dernier quart, nous a permis d’assurer l’essentiel. »
Charlotte Michalak
joueuse de Culoz
« Nous nous sommes bien battues en nous jetant sur tous les ballons. Nous avons manqué d’adresse en première mi-temps. Globalement, nous avons fait un bon match. »


Posté le 27/10/2012

Nationale 1 féminine Culoz BC – Saint-Etienne (ce soir à 20 heures).Culoz veut reconquérir son public

Publié le 27/10/2012 
à 06:00 pa

Les Culoziennes veulent donner une autre image de leur équipe en recevant le leader stéphanois.

Elodie Fayard et les Culoziennes en reconquête de leur public.   Photo Serge Perrier
Elodie Fayard et les Culoziennes en reconquête de leur public. Photo Serge Perrier
Les Culoziennes ont réussi leur match de rattrapage à la Tronche samedi dernier. Certes la victoire leur a tourné le dos dans les derniers instants de la rencontre, mais la manière tant recherchée a été au rendez-vous.
Le coach Olivier Mognon est revenu avec du baume sur le cœur : « A la Tronche, nous avons retrouvé une envie, celle entrevue à Charnay lors du premier match et perdu par la suite. Nous devons la développer chaque semaine et ne plus la perdre. L’intensité de notre défense nous a permis de retrouver du rythme en attaque et de prouver cette corrélation entre la défense et l’attaque. Sur cette base-là, nous allons grandir le catalogue stratégique défensif et affiné notre côté offensif. En continuant comme cela, nous allons gagner des matches. »
Le problème c’est qu’il faudra sans doute patienter un peu pour accrocher une victoire car Saint-Etienne, qui rend visite aux Bugistes ce soir, apparaît intouchable. Les Stéphanoises de Sébastien Nivet ont déjà terminé à la première place d’une poule de Nationale 1 la saison passée, avant d’échouer aux portes de la Ligue 2 en play-offs. Elles ont terminé troisième alors que deux sésames étaient attribués.
Cette saison, huit filles ont un statut professionnel et s’entraînent deux fois par jour. Olivier Mognon reste lucide : « Cela va être très compliqué. Nous ne jouons pas dans la même catégorie. Aussi pour ce match, notre objectif sera une opération séduction de notre public. Après notre rencontre ratée contre le Centre Fédéral, nous voulons donner envie à nos supporters de venir nous soutenir dans huit jours contre Villeurbanne. Nous voulons redorer notre blason en montrant que l’on a du cœur. »
Du cœur à l’image de Cécile Colomb samedi dernier en Isère, où l’ailière bugiste a répondu aux attentes de son coach aux deux bouts du terrain en mettant une grosse intensité défensive et en inscrivant 18 points, grâce notamment à la qualité de son drive. Un exemple à suivre.

Composition de Culoz

Lucja Tomczak, Lucile Chaboud, Laure Coutaz, Stéphanie Comte, Cécile Colomb, Elodie Fayard-Rollet, Perrine Chinal, Florence Genier, Charlotte Michalak, Elodie Candy.
Serge Perrier


N1F : Culoz – CASE.Les Stéphanoises doivent assurer

Publié le 27/10/2012 
à 06:00 pa
 Sports Loire/Haute-Loire

Les joueuses de Sébastien Nivet se déplacent dans l’Ain pour obtenir leur sixième victoire de rang cette saison.
Sébastien Nivet prône  la vigilance   / Photo Yves Salvat
Sébastien Nivet prône la vigilance / Photo Yves Salvat

Avec un retentissant 5 sur 5 à son palmarès actuel le CASE a réussi un carton plein pour bien entamer la saison.
Pour signer leur cinquième succès samedi dernier au stadium les Stéphanoises ont même écœuré la formation de Villeurbanne et fait la différence au score. Après une première période disputée et équilibrée, les locales creusèrent progressivement l’écart 38-26 au repos puis 69-45 à la 30 e minute. Le match était ensuite plié et les réactions sporadiques des Villeurbannaises agrémentèrent la fin de partie mais ne changèrent pas le cours du jeu. Le CASE pouvant ainsi savourer son succès 89-60 en faisant participer sa jeune garde (trois cadettes) à l’apothéose.
Le déplacement aujourd’hui à Culoz qui est aux antipodes du classement devrait permettre aux leaders stéphanoises de continuer sur leur lancée, bien que tous les matches sont loin d’être joués d’avance comme le souligne justement le coach Sébastien Nivet : « Il faudra se méfier de cette équipe qui parviendra un jour à débloquer son compteur avec des vertus d’engagement et de solidarité pour réaliser un exploit. Nous devrons jouer sans tenir compte du classement. Tous les samedis il faut être vigilants car l’envie de tomber le leader décuple les forces de toutes les équipes. Il faut tenir dans la durée, les play-offs sont encore loin ».
Si la formation de Culoz n’a pas encore signé de succès, elle a eu le mérite de s’incliner parfois de peu : 68-60 à Bron ou encore 75-71 samedi dernier à La Tronche-Meylan. Ce soir aux confins de l’Ain, près du lac du Bourget, les visiteuses devraient être motivées et prudentes c’est la meilleure des recettes.
R.M.


Posté le 22/10/2012

NATIONALE 1 FEMININE LA TRONCHE 75 – CULOZ 71.Culoz s’incline au buzzer




Publié le 22/10/2012 
à 06:00 par 

Malgré une cinquième défaite, Olivier Mognon est quand même satisfait. Samedi soir à La Tronche, il a vu un groupe jouer au basket.

Culoz n’est pas passé loin mais devra encore attendre pour s’offrir   une première victoire.   Photo Le Dauphiné Libéré
Culoz n’est pas passé loin mais devra encore attendre pour s’offrir une première victoire. Photo Le Dauphiné Libéré
D’un côté, une équipe frustrée par une défaite étriquée et amère contre Villeurbanne (95-86 après deux prolongations).
De l’autre, un promu bon dernier de la poule, battu une quatrième fois consécutive la semaine dernière.
Renouer avec la victoire et y goûter pour la première fois cette saison, tel était l’enjeu de part et d’autre.
Sur le parquet, les premières minutes allaient faire déchanter les Troncho-Meylanaises. En manque de réussite et mises en difficulté par des Culoziennes volontaires, Pottiez et les siennes se retrouvaient menées après cinq minutes trente de jeu (6 à 12), avant de perdre la première période d’un point (15 à 16).
Jusqu’à la pause, le statu quo s’imposait. Les deux formations ne se quittaient pas d’une semelle et rejoignaient les vestiaires à égalité (36-36).
La deuxième mi-temps allait se montrer palpitante. À l’image d’un tir primé de Monika Chabadova immédiatement effacé par Perrine Chinal (49-49), La Tronche et Culoz se rendaient coup pour coup.
Insolentes de réussite trois points (cinq tirs inscrits en vingt minutes contre deux au BCTM), les visiteuses s’offraient le luxe de dicter le rythme.
Dans une atmosphère irrespirable, les protégées de Dimitri Pontif se démenaient tant bien que mal pour conserver leur invincibilité à domicile.
Menées d’un point à une minute du terme, Grace Mbaikoua donnait l’avantage à son équipe. Un avantage que les locales ne quittaient plus (75-71).
Sasha Mitchell
La Tronche 75 
Culoz          71
A Meylan, La Tronche bat Culoz 75 à 71 (15 à 16, 36 à 36, 55 à 57).
La Tronche-Meylan - Servage, 12pts ; Pottiez, 14 ; Alves, 10 ; Chabadova, 11 ; Simkute, 14 ; Hugues, 4 ; Yomi, 0 ; Mbaikoua, 5 ; Koundouno, 6. Entraîneur Dimitri pontif. :
Culoz - Fayard, 2 ; Coutaz, 6; Chinal, 12 ; Colomb, 18 ; Comte, 7 ; Tomczak, 12 ; Michalak, 6; Chaboud, 5 ; Genier, 0 ; Candy, 0 ; Entraîneur : Olivier Mognon

LES RÉACTIONS
« Ce soir, on a vu un groupe  »
Olivier Mognon (Entraîneur de Culoz)
« On est venus mettre de l'intensité dans le match et construire un groupe enfin. Ce soir, on a vu un groupe sur le parquet et je pense qu'on peut repartir de ce gymnase fiers. Malgré la défaite, on est quand même satisfaits. »



Posté le 20/10/2012

Nationale 1 féminine La Tronche Meylan – Culoz BC (ce soir à 20 heures).Culoz en rattrapage

Publié le 20/10/2012 
à 06:00 par 

Après deux matches décevants, les Bugistes se rendent à la Tronche pour retrouver certaines valeurs.


Lucja Tomczak meilleure marqueuse culozienne contre le Centre Fédéral.  Photo Serge Perrier
Lucja Tomczak meilleure marqueuse culozienne contre le Centre Fédéral.  Photo Serge Perrier

Après quatre défaites, en autant de journées, Culoz se déplace à la Tronche avec la ferme intention de réagir.
« Les filles sont touchées par leur défaite contre le Centre Fédéral » confiait Olivier Mognon. « Elles iront en Isère en voulant montrer aux filles d’en face qu’elles sont bien là et tenteront de se rattraper. Je serai en panique si des gens abandonnaient. Mais pour l’heure, tout le monde continue avec un bel état d’esprit affiché lors des entraînements de la semaine qui se sont bien déroulés. »
Le coach du Culoz BC est résolument tourné vers des lendemains qui pourraient chanter.
Quant aux faiblesses affichées jusqu’alors par les Bugistes, il les souligne fermement : « Je n’ai pas retrouvé la même équipe que l’année dernière. Des valeurs basiques ont été oubliées comme la combativité, la volonté, l’envie de défendre dur sur le porteur et sur les lignes de passe. » Lorsque l’on fait remarquer au technicien burgien que sa formation possède la plus faible attaque de la poule, il réfute immédiatement de situer le problème de ce côté-là du terrain : « Je pense que notre problème est essentiellement défensif. Je pense que si nous évoluons sur un bon rythme défensif, alors nous retrouverons le rythme en attaque. En grappillant des ballons plus franchement, nous pourrons jouer plus vite et assurer des paniers faciles. Sur le match contre le Centre Fédéral, nous marquons 58 gros points avec des attaques construites et un bon pourcentage de réussite. Par contre nous sommes à moins 3 à une minute de la fin et nous nous retrouvons à moins 12 au terme de la partie. Nous avons encaissé neuf points en 90 secondes, voilà où était le problème. »
Pour cette rencontre à la Tronche, Olivier Mognon s’est penché plus qu’à l’accoutumée sur le jeu de l’adversaire, en ciblant les joueuses majeures, les stratégies défensives et les formes offensives. Un plus pour aborder un match avec la conviction de mettre un terme à la spirale négative enclenchée en ce début de saison.

Composition de Culoz

Laure Coutaz, Cécile Colomb, Lucile Chaboud, Elodie Fayard-Rollet, Stéphanie Comte, Perrine Chinal, Lucja Tomczak, Charlotte Michalak, Florence Genier, Elodie Candy.
Samedi à 20 heures : La Tronche-Culoz.
Serge Perrier



Posté le 15/10/2012

Nationale 1 féminine.Culoz cale en seconde

Publié le15/10/2012 
à 06:00 par 

Face aux jeunes pensionnaires du Centre fédéral, les Culoziennes ont lâché prise après la pause.

Perrine Chinal déborde. Mais au final, c’est Culoz qui s’incline.   Photo Serge Perrier
Perrine Chinal déborde. Mais au final, c’est Culoz qui s’incline. Photo Serge Perrier

Le Centre fédéral et son coach, Arnaud Guppillotte, n’avaient pas gagné avec leur équipe de moins de 16 ans depuis plus d’un an et demi. Aussi, l’allégresse au coup de sifflet final était à la hauteur de cette longue attente.
Une joie qui contrastait singulièrement avec la tristesse des Culoziennes qui n’ont toujours pas décroché la moindre victoire.
Pourtant en choisissant de défendre en zone, Olivier Mognon avait mis en difficulté, dès l’entame, les pensionnaires de l’Insep.
Tomczak, impeccable près du cercle, permettait aux locales de faire le break (15 à 9, 6 e).
Limousin et Berkami réglaient la mire et les visiteuses coiffaient les Bugistes à la première pause (19 à 18).
Fayard-Rollet remettait son équipe dans le sens de la marche tandis que l’attaque adverse restait muette sept minutes, engluée dans la zone.
Du reste, les attaques étaient en berne dans ce second quart que Culoz enlevait 8 à 4 pour regagner les vestiaires en tête (26 à 23).
« Nous avons oublié de nous placer, de nous déplacer et de courir. Sans rythme, nous avons été dominés, » analysait Arnaud Guppillotte. Le message sera reçu par les jeunes visiteuses.
Peu à peu, elles vont prendre la mesure de la zone en attaquant les intervalles avec efficacité pour reprendre les rênes (36 à 33, 24 e). Elles ne les lâcheront plus.
Berkami et Duchet creusaient la différence (46 à 37). Tomczak limitait les dégâts à la demi-heure (43 à 49).
On sentait cependant que l’euphorie gagnait le camp fédéral alors que le doute s’immisçait dans les esprits des filles d’Olivier Mognon.
C’est ainsi que Culoz égarait quelques ballons précieux tandis que Limousin était irrésistible à 6,25 mètres, voire beaucoup plus. Ses cinq tirs bonifiés lors des dix dernières minutes vont assommer les Culoziennes.
Colomb, Comte et Michalak retardaient l’échéance en restant dans le sillage des visiteuses (58 à 61, 38 e).
Ces dernières concluaient la rencontre sur un 9 à 0 laissant Culoz dans un désarroi total.

LES RÉACTIONS - Nationale 1 féminine.Ils ont dit


Photo Serge Perrier
Photo Serge Perrier

Arnaud Guppillotte
coach du Centre fédéral
« Nous ne sommes pas assez forts à l’intérieur pour jouer sur demi-terrain. Il faut donc que nous mettions du rythme, quel que soit le type de défense. Nous l’avons fait après la pause. Chapeau au club culozien qui s’est hissé à ce niveau. Avec 3 entraînements par semaine contre au moins 6 pour les autres, ce sera difficile. »
Olivier Mognon
coach de Culoz
« Nous ne jouons pas nos mouvements jusqu’au bout. Nous prenons 70 points de 1 contre 1, que ce soit sur zone ou sur individuelle. Nous ne tenons pas le choc face à l’agressivité. Nous lâchons physiquement et mentalement. Il nous manque des points en attaque. La stratégie défensive ne peut pas tout régler. Je rêve que les filles développent la même intensité que Stéphanie Comte quand elle rentre sur le terrain. »



Posté le 13/10/2012

Nationale 1 féminine CULOZ BC – CENTRE Fédéral (aujourd’hui à 17 heures).Culoz doit défendre son milieu

Publié le13/10/2012 
à 06:00 par 

Trop permissives dans l’axe du terrain notamment à Brive, les Culoziennes devront contenir leur milieu pour pouvoir décrocher un premier succès.

Les Culoziennes devront répondre au défi des Parisiennes. Photo Catherine Aulaz
Les Culoziennes devront répondre au défi des Parisiennes. Photo Catherine Aulaz

La page corrézienne du parcours culozien en Nationale 1 a été tournée douloureusement.
A Brive, samedi dernier, les protégées d’Olivier Mognon et d’Hervé Couvé sont passées à côté de leur premier succès de la saison.
Pour le staff technique, il s’agit même d’une contre performance : « Nous sommes en colère car Brive a mal joué et nous n’avons pas su capitaliser. Nous avons multiplié les erreurs individuelles. Nous avons manqué de mental en fin de partie. La détermination nous a fait, très souvent, défaut en défense. Un secteur où individuellement nous avons beaucoup péché. Nous ne devons pas accepter de nous faire passer en un-contre-un. Et, surtout en basket, si tu laisses ton milieu, t’es mort. Il nous faut absolument défendre notre milieu. »
De tout cela, il a été question lors de la première séance du lundi où toutes les filles ont avoué être convaincues de leur maintien à l’issue de la saison. Preuve que ce déplacement en Corrèze n’a pas été totalement négatif. Malgré le revers, les Culoziennes se sont rassérénées en flirtant avec la victoire à l’extérieur. Elles se sont prouvé qu’elles avaient le niveau et que la victoire devrait leur sourire prochainement.
Peut-être ce samedi avec la venue des tendres et inexpérimentées moins de 16 ans du Centre fédéral, toujours la recherche d’un premier succès.
Avec une préparation restreinte, les protégées de l’ex-CTS du Lyonnais Arnaud Guppilliotte restent vulnérables en début de saison, avant de se montrer redoutables dès janvier.
Olivier Mognon pointe les clés de la rencontre : « Nous allons assister à une opposition de style avec un défi physique de la part de nos adversaires et un défi individuel auquel nous devrons répondre. Si nous sommes capables d’organiser notre repli, nous avons les moyens de passer. »
Culoz BC.- Laure Coutaz, Cécile Colomb, Stéphanie Comte, Lucja Tomczak, Florence Grenier, Charlotte Michalak, Elodie Candy, Perrine Chinal, Elodie Fayard-Rollet et Lucile Chaboud.
Entraîneur : Olivier Mognon.
> CULOZ – CENTRE FÉDÉRAL
Samedi à 17 heures à Culoz (gymnase Falconnier).



Posté le 08/10/2012

Nationale 1 féminine brive 68 - culoz bc 60.Les Culoziennes n’ont pas démérité

Publié le 08/10/2012 
à 06:00 par 

Après avoir mené pendant presque trente minutes, Culoz se sont finalement inclinées à Brive (68 à 60), samedi soir.

Après Colomiers la semaine dernière (photo), Laure Coutaz et Culoz n’ont pas débloqué le compteur victoire à Brives.  Photo C. Aulaz
Après Colomiers la semaine dernière (photo), Laure Coutaz et Culoz n’ont pas débloqué le compteur victoire à Brives. Photo C. Aulaz
Le Culoz BC a enregistré sa troisième défaite en trois matches, samedi dans le Cantal, mais a longtemps cru en un sort meilleur.
Les filles d’Olivier Mognon démarraient très fort. Les Brivistes, prises à la gorge d’entrée de jeu, encaissaient 7 points en deux minutes.
Beata Bak débloquait le compteur côté cabiste. Mais les Culoziennes, sous l’impulsion de leur capitaine Laure Coutaz, attaquaient sans relâche le cercle (9 à 18, 7 e minute).
Les protégées d’Olivier Mognon dominaient ainsi le premier quart-temps de la tête et des épaules (13-21).
Leur défense de zone, bien en place, empêchait les Corréziennes de trouver le chemin du panier.
Les choses se compliquaient dans le second acte. Les maladresses s’enchaînaient et la réussite au shoot n’était plus au rendez-vous pour les visiteurs.
La locale Maryne Réolid prenait ses responsabilités et soulageait son équipe avec un tir primé.
Sous le panier, les intérieures Aurélie Pinto et Inga Buzoka faisaient le travail. Dans la foulée, la meneuse Hasnat Mahouchiza réussissait une contre-attaque. Le CABCB était revenu à un point de Culoz à la 18 e minute.
Cécile Colomb relançait les visiteuses dans les dernières secondes avec un trois-points et permettait aux siennes de mener de deux points à la mi-temps (29-31).
Dès le retour des vestiaires, le collectif briviste frappait fort. Mais pas suffisamment pour décourager les Culoziennes qui restaient au coude-à-coude.
La rencontre pouvait basculer d’un côté comme de l’autre. À la 30 e minute, le compteur affichait d’ailleurs un parfait score de parité (45 à 45).
Le dénouement approchait et la Corrézienne Maryne Réolid prenait le match en main. Adroite à 3 points et solide sur ses appuis, elle donnait du souffle à son équipe.
Les Brivistes montaient en puissance et se ménageaient une avance de 10 points à la 38 e minute.
Dans le final, des locales très régulières ne laissaient aux Culoziennes aucune chance de revenir au score. Ces dernières s’inclinaient 68-60. Pour autant elles n’ont pas à rougir de leur prestation.

LIMOUSIN > BASKET > BRIVE 08/10/12 - 06H00

Match gagné en fin de partie

Les Brivistes font mal à leurs adversaires en finde rencontre.? - photo malika turin
Les Brivistes font mal à leurs adversaires en finde rencontre.? - photo malika turin
Brive et Culoz ont joué les yeux dans les yeux, samedi soir à Bouquet. À ce jeu-là, ce sont les Cabistes qui ont gagné. Elles se sont imposées 68-60 face à des Culoziennes pourtant déterminées.




Posté le 06/10/2012
Nationale 1 féminine Brive - Culoz BC (ce soir à 20 heures).

Culoz chez un autre promu


Publié le 06/10/2012 
à 06:00 par 

Les Culoziennes rendent visite aux Brivistes, finalistes en Nationale 2 en juin dernier avec l’espoir d’engranger une première victoire.

Florence Genier et les Culoziennes se déplacent à Brive . Photo Serge Perrier
Florence Genier et les Culoziennes se déplacent à Brive . Photo Serge Perrier

C’est à un autre promu que les Culoziennes rendront visite ce soir : le CA Brive.
Les Brivistes avaient été du dernier carré en championnat de France de Nationale 2 au printemps et elles s’étaient inclinées contre Istres en finale.
En Nationale 1, elles ont su rapidement débloquer leur compteur en disposant de Geispolsheim (69-62) lors de la première journée.
Le revers, concédé à Villeubanne samedi dernier, a été plus qu’honorable (75-79). Pour les filles d’Olivier Mognon et d’Hervé Couvé, si la défaite de Charnay n’avait pas été traumatisante, celle à domicile contre Colomiers (53-76) faisait plus office d’un camouflet. Pour autant Olivier Mognon, certes déçu, ne panique pas après ce départ quelque peu raté : « Nous n’avons pas le temps de nous morfondre ; nous nous sommes remis immédiatement au travail. D’ailleurs nous avons fait une très bonne séance lundi et l’état d’esprit reste bon. Pour le moment nous avons encore des éléments de travail aptes à nous permettre de progresser. Nous avons encore des choix à faire pour essayer de nouvelles associations. Avec un meilleur rebond défensif et une organisation plus rigoureuse du repli défensif, nous aurions été compétitifs face à Colomiers. La prise de conscience sera importante dans ces deux secteurs pour franchir un palier. Je me refuse à commenter l’arbitrage mais je dirai juste que lors de nos deux premiers matches nous n’avons pas été aidés. Quant à nos deux premiers adversaires Colomiers comme Charnay, je les vois bien en play-off. Nous sommes en train d’apprendre. Les choses vont évoluer positivement. »

Composition de Culoz

Laure Coutaz, Florence Genier, Stéphanie Comte, Charlotte Michalak, Lucile Chaboud, Perrine Chinal, Cécile Colomb, Lucja Tomczak, Elodie Fayard-Rollet, Elodie Candy.
> BRIVE-CORRÈZE-CULOZ
Ce soir à 20 heures.





Posté le 03/10/2012

Culoz BC Perrine Chinal.« Vite oublier et travailler encore »

Publié le 03/10/2012 
à 06:00 par 

L’ailière du Culoz BC, arrivée l’an dernier dans l’équipe s’attend à une saison difficile mais elle est prête à se battre pour assurer le maintien en Nationale 1.


Perrine Chinal était dépitée samedi soir, mais elle reste optimiste : « On en peut que progresser. »  Photo Catherine Aulaz
Perrine Chinal était dépitée samedi soir, mais elle reste optimiste : « On en peut que progresser. » Photo Catherine Aulaz
Perrine Chinal a signé au Culoz BC la saison dernière. À 28 ans, cette passionnée de basket a bourlingué à travers l’Hexagone, de Challes à Carqueiranne, en passant par Albertville et La Tronche.
L’an dernier, elle a posé ses valises à Chambéry où elle exerce son métier de professeur des écoles dans deux établissements différents, auprès d’enfants en difficultés.
Instit le jour en Savoie, basketteuse le soir dans l’Ain.
« J’ai fait 7 ans à Challes. On est passé de la N2 à la N1 puis en Ligue. Mais je n’avais pas le niveau. Et puis il y avait les études. Je suis partie jouer à Albertville, La Tronche et Carqueiranne. J’ai mis mon métier entre parenthèses pendant deux ans. »
Aujourd’hui, elle concilie les deux. « On s’entraîne trois fois par semaine. C’est peu face à des équipes qui jouent 6 à 7 fois. Mais on est des amateurs, on travaille. Moi, je fais trois quarts d’heure de route pour venir à Culoz. On fait du covoiturage avec Charlotte (Michalak) et Florence (Genier). Mais quand je rentre chez moi, c’est 23 h 30. Entre les préparations pour l’école et le basket, il n’y a pas la place pour grand-chose d’autre. Et puis, à 28 ans, la récupération est un peu plus difficile. »
Surtout si, comme l’an dernier, la saison joue les prolongations avec play-offs et finale à la clé. Mais Perrine s’est prise au jeu.
Après une année euphorique, Culoz découvre la N1. Et l’apprentissage est difficile.
Les filles se sont d’abord inclinées à Charnay, puis contre Colomiers (76-53). «-23, c’est un peu lourd. Mais au classement, cela ne fait pas beaucoup de différence. Il faut vite oublier et travailler encore plus dur. C’était le premier match à domicile, il y avait un peu de pression. On s’était rassurée à Charnay où l’on pensait perdre de beaucoup plus (1). Mais là, on est passé à côté en attaque, en défense, sur le collectif et dans l’impact physique. On ne doit pas se faire marcher dessus. On en est toutes conscientes. Heureusement, on a un bon groupe et on s’entend bien, sur et en dehors du terrain. Ça permet d’avancer ensemble. Ce n’est pas un manque d’envie, mais pour la plupart des joueuses comme pour le coach, c’est une première expérience. Il faut le temps d’intégrer les recrues, un temps d’adaptation. Le maintien sera difficile. Il faut qu’on arrive à jouer dur pendant 40 minutes et surtout gagner un premier match assez vite. »
(1) Charnay-Culoz 66-49.
Prochain match, le samedi 6 octobre à Brive.


Posté le 01/10/2012

Nationale 1 féminineCuloz BC 53 – US Colomiers 76.

Publié le 01/10/2012 
à 06:00 par 

Culoz a encore beaucoup à apprendre



Elodie Fayard, comme ses camarades, se s‘est fait bousculer par Colomiers, plus en rythme.       Photo Catherine Aulaz
Elodie Fayard, comme ses camarades, se s‘est fait bousculer par Colomiers, plus en rythme. Photo Catherine Aulaz


Sur ces deux dernières années marquées à chaque fois par des accessions au niveau supérieur, les Culoziennes n’avaient perdu qu’une fois chez elles et encore de 4 points. C’était le 5 novembre dernier contre saint-Chamond.
Samedi, les 23 points d’écart qui séparaient la jeune équipe de Colomiers et les locales, étaient durs à avaler et laissaient Olivier Mognon perplexe. « A Charnay, il a eu une érosion tout au long du match. La, on fait deux mi-temps incomplètes. »
Le premier quart va notamment coûter cher au CBC. Les Culoziennes arrivent à se maintenir au contact de leur adversaire par Tomczak, Chaboud, Coutaz (13-16, 6 e), mais Colomiers va serrer sa défense d’un cran, et laisser sur place une équipe culozienne incapable de trouver la cible. Pourtant les filles d’Olivier Mognon se créent des occasions quand elle ne perdent pas de ballons, mais elles manquent de lucidité au moment de conclure. C’est autant de situations que Colomiers exploite pour creuser l’écart. Et comme la défense manque de vivacité, Culoz encaisse un 11-0 avant la sirène.
« Contrairement en N2 où il y avait toujours un moment où ça lâchait, les adversaires sont au taquet tout au long du match. »
Les locales vont réagir en faisant jeu égal dans le second et troisième quart-temps, toujours dans le sillage de Tomczak et Coutaz. Mais elles ne peuvent espérer mieux, impuissantes malgré leur défense en zone, devant le festival de Bouvet (7 points dans le 2 e quart-temps) ou face aux tires primés de Lebouc (10 pts dans le 3 e quart-temps). Culoz laissera aussi sur cette période, 7 points sur lancers francs. Plombé par les fautes, Culoz est privé de sa capitaine, Laure Coutaz dans les cinq dernières minutes. Les locales donneront un dernier coup de collier pour revenir à 53-70. Un écart de 17 points qui aurait été plus facile à digérer, mais c’est Colomiers qui a eu le dernier mot.





























































































 

© 2010 CULOZ BASKET CLUB - 01350 CULOZ | Téléphone : 0618833308