CULOZ BASKET CLUB

6, Les Ravières - 01350 CULOZ
culozbasketclub@sfr.fr
 
 
 
 
 
 
Posté le 28/11/2012

A la loupe.Culoz a des réserves efficaces

Publié le 28/11/2012 
à 06:00 pa

Photo Serge Perrier
Photo Serge Perrier

La victoire de Culoz sur Chenove samedi dernier, a été acquise au terme d’une prestation collective homogène durant les quarante minutes.
C’est ainsi que les filles sorties du banc n’ont en rien perturbé le bel ordonnancement des Bugistes. Elles ont apporté de surcroît 20 des 57 points de l’équipe.
A ce sujet, il apparaît que les deux recrues, Charlotte Michalak et Florence Genier, ont pris leurs marques dans l’effectif culozien.
La première nommée (notre photo) a inscrit trois tirs bonifiés confirmant sa belle prestation face à Villeurbanne.
Quant à la seconde, Florence Genier, elle est à créditer d’un trois sur trois aux tirs.

Basket.Le chiffre

2
C'est le rang occupé par le BC Dombes et Culoz (2) les deux promues de l'Ain en régionale 3 féminine après sept journées. Une place partagée avec Saint-jean-Bonnefonds pour les Bugistes et avec six autres formations pour les filles de Saint-André-de-Corcy. Dans les deux cas, ce sont les équipes de l'Ain qui peuvent se prévaloir du meilleur panier-average.
C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.C'est fini.


Posté le 26/11/2012

Nationale 1 féminine Culoz 57 - Chenove 54.Des Culoziennes décomplexées

Publié le 26/11/2012 
à 06:00 pa

Face au second de la poule, les Culoziennes font la course en tête de bout en bout.

Florence Genier a été précieuse.  Photo Serge Perrier
Florence Genier a été précieuse.  Photo Serge Perrier
Culoz recevait Chenove, deux formations aux antipodes du classement dont la confrontation amicale de septembre dernier, au tournoi de Rumilly, avait tourné largement (+21) en faveur des Chenevelières.
Coutaz et Chinal signent un départ impeccable (5/0). Les visiteuses se montrent particulièrement maladroites de loin comme de près et les Bugistes avec Coutaz, incisive, et Chaboud, précise à trois mètres, confirment leur break initial à l’issue du premier quart (16/9). Fayard et Genier donnent dix longueurs d’avance (25/15 à la 16 e) aux joueuses de l’Ain malgré la défense tout terrain des visiteuses. Ces dernières se révoltent en stoppant les velléités offensives adverses, en accélérant le rythme et en trouvant Simova à la conclusion pour un rapproché (23/27) à la pause.
Sur leur lancée, Roche et Simova remettent les deux formations à parité (27 partout) dès la reprise. Chinal et Comte évitent la prise du pouvoir adverse (30/27 à la 24 e). Michalak affiche son adresse au-delà des 6m25, pour une nouvelle embellie des Culoziennes (39/31 à la 28 e). Lebruchec, Ngayoljaic et Lecoultre reviennent à hauteur sur une nouvelle accélération (39 partout à la 31 e). De loin, Michalak est encore là pour calmer les ardeurs des visiteuses. Les protégées d’Olivier Mognon et d’Hervé Couvé tiennent les rênes et ne les lâchent plus malgré la pression des Chenevelières. Coutaz provoque les fautes et concrétise sur la ligne de réparation. Simova fait de la résistance et le suspense préside la fin de la rencontre (53/50 à la 38 e). Mais logiquement les filles du président Philippe Comte signent leur deuxième victoire et quitte la dernière place du classement pour revenir à hauteur de Feytiat, une formation qui viendra à Culoz le 8 décembre prochain. Auparavant dans six jours, les Bugistes se rendront à Istres, champion de France en titre de nationale 2.
C
Thierry Marcilly
« Félicitations aux Culoziennes qui ont fait un grand match. Pour nous cela a été difficile car nous avons joué à 5 contre 7. Il ne faut pas non plus se réfugier derrière l’arbitrage qui a certes été mauvais, mais nous aussi nous avons été mauvais… Nous avons été à la rue dans tous les domaines. »
Elodie Tadeuszak, Culozienne la saison passée et joueuse de Laveyron (Ligue 2)
« Culoz a fait une bonne entame en défendant bien. Un passage à vide a permis à Chenôve de revenir mais Culoz à domicile a su trouver les ressources pour s’imposer. »


Posté le 25/11/2012

BASKET. NATIONALE 1 FÉMININE.Chenôve s’est fait surprendre

Publié le 25/11/2012 à 05:00 par N. L. LE BIEN PUBLIC 
Céline Fargeot et les Chenevelières avaient pourtant été prévenues… Photo archives Philippe Bruchot
Céline Fargeot et les Chenevelières avaient pourtant été prévenues… Photo archives Philippe Bruchot

Chenôve s’est incliné, hier soir un peu à la surprise générale, chez l’avant dernier du championnat, Culoz (57-54).

C’est une nouvelle fois l’entame de match qui a précipité les joueuses de Thierry Marcilly vers ce second revers depuis le début de la saison. Pourtant, le coach du BCC avait bien prévenu tout son petit monde du danger que pouvait représenter ce déplacement Mais ses mises en garde sont restées vaines… Menées d’entrée 18-9, les Chenevelières n’ont jamais réussi à combler ce retard malgré quelques séquences de jeu rapide bien négociées (27-23, 20 e).
« Les rares fois ou les filles ont su mettre du rythme en attaque, nous avons réussi à les déstabiliser. Mais nous l’avons fait que trop rarement pour espérer nous en sortir », constatait Thierry Marcilly quelque peu désabusé à la fin de la rencontre et aussi particulièrement remonté contre le corps arbitral.
« Nous avons eu droit à tout en fin de match de la part des arbitres qui ont pris des décisions pour le moins surprenantes », regrettait-il avant de toutefois nuancer pour ne pas leur jeter entièrement la responsabilité de cette défaite : « Il ne faut pas non plus se réfugier derrière l’arbitrage qui a certes été mauvais, mais nous aussi nous avons été mauvais… Nous avons été à la rue dans tous les domaines », avouait Thierry Marcilly qui attend une sérieuse remise en question de la part de tout le groupe.
« J’attends une forte réaction dès lundi soir à l’entraînement afin de ne pas commettre la même erreur face à Villeurbanne samedi prochain… »
Chenôve dispose d’une semaine pour se remettre dans le droit chemin afin de laver ce qui ressemble tout de même à un petit affront.

Posté le 24/11/2012

Nationale 1 Féminine Culoz BC - Chenôve (ce soir à 20 heures).

L’enjeu, c’est l’intensité

Publié le 24/11/2012 
à 06:00 pa

Pour Olivier Mognon, Culoz est capable de battre Chenôve à la condition de maintenir un bon niveau d’intensité pendant 40 minutes.

Laure Coutaz et les Culoziennes devront déployer beaucoup d’intensité pour battre Chenôve.  Photo Serge Perrier
Laure Coutaz et les Culoziennes devront déployer beaucoup d’intensité pour battre Chenôve.  Photo Serge Perrier
Les Culoziennes ont raté d’un rien le doublé tant espéré en s’inclinant de deux points à Geispolsheim (61 à 63) la semaine passée.
Le match, une fois de plus était largement à la portée des Bugistes. Mais une première mi-temps poussive les a empêchées de parvenir à leurs fins.
L’entraîneur culozien Olivier Mognon reste amer : « Nous perdons sur des passe-et-va ainsi que de la contre-attaque. Nous n’avons pas su capitaliser sur la victoire de Villeurbanne. De moins 15 à la demi-heure, nous sommes passés devant, de deux points, à deux minutes du terme sans pouvoir tenir le résultat. »
Le coach bugiste regrette quelques lacunes : « Le manque de concentration et le non-respect des consignes nous ont été fatals. Nous sommes en train de passer à côté de la phase aller pour des raisons difficiles à encaisser au bout de huit matches. »
Du coup, les filles du président Philippe Comte se retrouvent à deux longueurs du premier non-relégable. Une situation délicate, alors que plus du tiers du championnat s’est écoulé.
Pour autant, Olivier Mognon ne désarme pas à la veille de recevoir le second du championnat, Chenôve, habitué aux play-offs : « Nous connaissons bien Chenôve pour les jouer depuis plusieurs saisons au tournoi de Rumilly. C’est un très gros collectif servi par des joueuses de talent. Nous avons la capacité de battre n’importe quelle équipe de la poule comme nous l’a montré notre match contre le leader stéphanois. »
Mais les Culoziennes vont devoir être irréprochables contre les banlieusardes dijonnaises : « La clé, c’est de développer le bon niveau d’intensité et de le maintenir pendant 40 minutes. Dans ces conditions, nous pouvons battre Chenôve. Il faut être à 100 % d’abnégation et d’intensité physique. Il faut juste vouloir. Celles qui ne veulent pas, je les sortirai. Si mes filles arrivent à être dans l’énergie, elles ont les armes collectives pour battre n’importe qui. »
Culoz BC.- Lucja Tomczak, Stéphanie Comte, Perrine Chinal, Élodie Fayard-Rollet, Laure Coutaz, Cécile Colomb, Charlotte Michalak, Lucile Chaboud, Florence Genier, Elodie Candy.
CULOZ BC – CHENÔVE
Ce soir à 20 heures à Culoz (gymnase Falconnier)
Serge Perrier


BASKET. NATIONALE 1 FÉMININE.Sérieux exigé pour Chenôve

Publié le 24/11/2012 à 05:00 par N.L. LE BIEN PUBLIC 
Les Chenevelières se déplacent chez la lanterne rouge.  Photo J. Michalzcak
Les Chenevelières se déplacent chez la lanterne rouge. Photo J. Michalzcak
Chenôve se déplace ce soir chez la lanterne rouge du championnat, Culoz, qui ne compte qu’une seule victoire à son actif depuis le début de saison.
Les joueuses de Thierry Marcilly ont donc la ferme intention de confirmer leur bonne passe actuelle. Elles qui restent en effet sur cinq succès consécutifs. « Il ne faut pas nous arrêter en si bon chemin », lance le coach du BCC qui attend beaucoup de rigueur de la part de son équipe. « Si ce n’est pas le cas, nous risquons fort d’aller au devant d’une sacrée déconvenue comme à Feytiat ».
Heureusement, ce soir-là les coéquipières de Sanela Ljaïc-N’Gayo avaient su donner le coup de rein décisif en fin de match pour finalement l’emporter. Mais à force de jouer avec le feu, les Chenevelières pourraient bien un jour se brûler. Il est impératif pour elles de prendre le match à bras-le-corps et ce, dès l’entame. C’est aussi le souhait de l’entraîneur du BCC. « Nous sommes habitués à mal commencer nos rencontres. Il serait bien cette fois-ci de réussir notre premier quart, d’autant que Culoz commence à monter en régime. Cette équipe, après des débuts compliqués, vient de battre Villeurbanne et ne s’est inclinée que de trois points face à St-Etienne… ».
La méfiance est de mise pour cette rencontre qui verra Chenôve évoluer avec la même composition que le week-end dernier, Jessie De Colo suppléant à nouveau Marie-Chlothilde Cazaux.
Chenôve : Fargeot, De Colo, Drozd, Lecoultre, Simova, Krasnockova, Ljaïc-N’Gayo, Roche, Le Bruchec.





Posté le 23/11/2012

Culoz Basket : le CBC reçoit le Chenove

Publié le 23/11/2012 
à 06:00 pa

Les U20 du Culoz BC reçoivent Villeurbanne en championnat. Photo Francois Ducruet
Les U20 du Culoz BC reçoivent Villeurbanne en championnat. Photo Francois Ducruet

Demain à 20 heures à la salle Jean-Falconnier, le Culoz Basket Club reçoit le BC Chenove, lors de la 9 e journée du championnat de Nationale 1 féminine.
Dimanche après-midi, l'équipe réserve du Culoz BC reçoit à la salle Jean- Falconnier Pont-de- Cheruy, à l'occasion du championnat de Régionale 3 féminine. L'opportunité pour le groupe d'Hervé Couvé de renouer avec la victoire.
Chez les jeunes, les U20 accueillent l'AS Villeurbanne, tandis que les U15 vont à Belley.
Les U13 se déplacent
à Viriat. Les U17 sont au repos.


Posté le 21/11/2012

Michalak de nouveau d’attaque !
 
Formée dans le Nord et passée en Savoie à Challes-les-Eaux, Charlotte est devenue une enfant du pays. Son retour sur les parquets, après un passage à Nantes marqué par un grave accident, constitue une des bonnes nouvelles de cette année 2012. Portrait d’une jeune femme qui ne renonce jamais.
 
Charlotte Michalak
RENOUVEAU – Après un coup du sors, l’abnégation de Charlotte Michalak et le soutien de ses proches ont payé. 2012 restera comme l’année du renouveau pour la jeune joueuse, avec un retour sur les terrains et un diplôme de fin d’études à la clé ! 
C’est dans un petit club de Valenciennes, Le Rhônel, que Charlotte Michalak découvre précocement le Basket, à l’âge de cinq ans. Après sept saisons au centre de formation de feu l’USVO, direction Villeurbanne pour une année avant d’être repérée par le centre de formation de Challes dont l’équipe évolue en NF2.
Le déclic Chauvet
C’est ici, lors de son passage dans une équipe qui joue alors le maintien, que Charlotte va se faire connaître en Savoie. Disposant de deux meneuses, Laure Coutaz, et Coralie Magoni, Charlotte est repositionnée en ailière. Là, Matthieu Chauvet, son entraîneur lui donne carte blanche au tir à trois points et son talent de shooteuse éclate au grand jour. « Quand un coach t’accorde une telle confiance, tu te lâches ! Et c’est comme ça que je suis devenue très adroite et que j’ai développé cette qualité de tir. » L’année suivante, Chauvet s’envole pour entraîner La Roche–sur-Yon, mais sous la houlette de Guillaume Vizade, l’ailière se distingue encore, réussissant au passage quelques cartons. Tant et si bien que son ex-coach souhaite lui offrir une chance de jouer un cran au dessus, en Ligue 2. « Matthieu voulait me faire venir à La Roche mais au dernier moment, Élodie Girard a décidé de revenir. Matthieu m’a alors mis en contact vers le CSP Nantes ».
Une carrière stoppée nette
Malheureusement, un terrible accident de la circulation viendra stopper net l’ascension de la jeune fille qui n’aura joué que quelques mois sur les rives de la Loire. Le 16 janvier 2010 : la date reste gravée dans la mémoire de Charlotte. «  J’étais piétonne et je me suis faite rouler dessus… » S’ensuivent une opération et six mois de fauteuil. « C’était une période très très difficile. J’habitais au quatrième étage sans ascenseur ! Pendant deux mois et demi je ne suis pas sortie de chez moi. J’ouvrais ma fenêtre parce que je n’en pouvais plus. » À l’évocation de ces souvenirs, la Culozienne en vient à rigoler : « Au bout d’un moment, j’ai pété un câble. Comme mon appartement était très sale, j’ai enfilé des gants et j’ai mis un sac poubelle sous mesfesses pour descendre tout les étages sur les fesses et aller voir dehors ! ».
Le précieux soutien de son copain, Ludovic Guibert, où encore d’une maman qui a toujours été derrière elle,  l’aident beaucoup à venir à bout de cette épreuve.
2012, année du renouveau
L’actuel coach de Maurienne rappelé en Savoie, les études redeviennent une priorité. Faute de pouvoir reprendre le Basket, la souriante jeune femme poursuit son Master en Langues Étrangères Appliquées, tout en continuant sa rééducation. Après les béquilles, Charlotte remarche tout doucement. Maurienne lui propose de coacher les Juniors, d’entraîner les poussins à Épierre, d’assister les Cadets France et de s’occuper du soutien scolaire du centre de formation.
Puis arrive cette rentrée 2012. La résurrection pour Charlotte qui se voit récompensée de son abnégation, de son travail et de sa patience. L’ailière retrouve les parquets de Basket et quelques anciennes coéquipières, à Culoz où elle signe pour une année. Et décroche, dans la foulée, son diplôme.
En attendant de devoir choisir entre une carrière de manager pour une équipe interculturelle dans une entreprise ou la poursuite de sa carrière de basketteuse, la native de Saint-Saulve s’applique aujourd’hui à retrouver ses sensations dans un club où elle a retrouvé son poste de meneuse. « Après deux ans d’arrêt, ça n’est pas facile. Ça revient petit à petit, tout doucement. J’espère retrouver mon niveau dans peu de temps ».
Retrouver son niveau et maintenir son équipe, promue en NF1, tels seront les prochains défis de Charlotte Michalak. Et nul doute que, la force de caractère de la jeune ailière, forgé par les épreuves, fera encore la différence !
CHARLOTTE MICHALAK EN BREF                  

Née le 13 juin 1987 à Saint-Saulve (Nord) .    

Poste : meneuse ou ailière.                           
Taille : 1,65 m                                                

1998-2006 : Centre de formation de l’USVO   

2006-2007 : Villeurbanne                               
2007-2009 : Challes-les-Eaux Espoir  (NF2)     

2009-2010 : CSP Nantes (Ligue 2)                   

2010-2012 : arrêt                                             

2012 : Culoz BC (NF1)                                     



Posté le 19/11/2012

Nationale 1 Féminine Geispolsheim 63 - Culoz 61.Culoz trop court en Alsace





Publié le 19/11/2012 
à 06:00 pa

Les Culoziennes ratent d’un souffle leur deuxième victoire.

Malgré toute leur envie, Laure Coutaz et les Culoziennes se sont inclinées in extremis à Geispolsheim.  Photo L'Alsace
Malgré toute leur envie, Laure Coutaz et les Culoziennes se sont inclinées in extremis à Geispolsheim. Photo L'Alsace

Geispolsheim  63
Culoz BC 61. 
A Geispolsheim, Geispolsheim bat Culoz par 63 à 61 (19 à 14, 36 à 31, 55 à 42).
Arbitres : MM Tibéri et Deck.
Pour Geispolsheim : 21 paniers dont 5 à 3pts, 16 sur 28 lancers, 28 rebonds, 10 balles perdues, 22 fautes.
Chapays 8 pts, Jehl 12, Raczel 18, Zaroli 1,  Dersoir 11, Vincent 11, Friedrich 2.
Culoz BC : 20 paniers dont 7 à 3 pts, 14 sur 23 lancers, 26 rebonds, 10 balles perdues, 23 fautes.
Coutaz 7, Chinal 7, Colomb 10, Comte 6, Tomczak 17, Michalak 8, Chaboud 6.

Les joueuses locales de Patrick Lazare ont souffert face à une équipe expérimentée, mais dernière du championnat.
D’entrée, le duo Zaroli-Jehl met le feu à la partie. Mais les échecs aux tirs de près empêchent les Alsaciennes de décoller.
Culoz prend normalement la tête par l’adroite Colomb, (7 à 9, 4 e).
Geispo s’en remet à sa bonne défense et à l’adresse de Ratzel pour passer devant malgré la dangereuse et talentueuse Tomczak. (19-14, 10 e).
La deuxième période est de la même veine. Le match est toujours rythmé. Dersoir abat un gros boulot en défense et Jehl donne le tournis au repli adverse (22 à 17, 12 e). Mais Culoz joue bien et avec beaucoup de percussion à l’image de Coutaz, très agressive offensivement.
Heureusement, Chapays et toute la défense du CJS sont bien en place et les rotations défensives fonctionnent bien. Les deux équipes se livrent un sacré bras de fer au cours de ce deuxième acte équitable en points qui laisse augurer d’un beau suspense pour la suite (36 à 31, 20 e).
Dès la reprise, Geispolsheim, par l’insaisissable Jehl (7 fautes provoquées) repart à la charge pour ne pas laisser à Culoz le soin d’imposer son tempo. Ratzel en profite pour continuer sa distribution de paniers primés (5 dans la partie) tandis que Vincent monte en pression. La jeune Friedrich fait une belle prestation face aux intérieures culoziennes et Geispolsheim avec son collectif bien huilé se donne de l’air malgré l’adresse à 3 points de Colomb, Chinal et Michalak (55 à 42, 30 e).
Mais rien n’est acquis. L’attaque des bas-Rhinoises s’enraye et Michalak sème le doute en inscrivant 5 points de rang. Un 3 points de Comte ramène le score à 55-52 (34 e). Tout est à refaire.
En panne de paniers, Geispolsheim redouble d’ardeur en défense. Les extérieures, Chapays, Ratzel et Jehl ne laissent plus rien passer tandis que Dersoir cadenasse la raquette. Vincent, quant à elle, s’approprie les airs pour le nettoyage d’hiver (5 contres, 10 rebonds).
Malgré tout, Culoz égalise à 58 partout par Coutaz à la 38 e. Le suspense grimpe encore d’un cran. Les temps morts et les lancers francs se succèdent dans les deux camps. La tension est à son paroxysme quand Culoz passe devant (60 à 61 à 48 secondes de la fin).
Mais Geispolsheim a des ressources mentales. Chapays redonne l’avantage aux siennes à 34 secondes de la fin. Sur l’attaque culozienne suivante, Dersoir prend un important rebond et provoque dans la foulée la faute pour ne marquer qu’un seul lancer franc (63-61 à 8 secondes de la fin).
Coutaz cherche l’ouverture et obtient encore deux lancers francs qui eux, ne seront pas convertis.



Posté le 17/11/2012

Nationale 1 Féminine Geispolsheim - Culoz BC (ce soir à 20 heures).Culoz veut doubler la mise

Publié le 17/11/2012 
à 06:00 pa

Après Villeurbanne, les Bugistes espèrent enchaîner avec une seconde victoire en se rendant à Geispolsheim.

Cécile Colomb et les Bugistes en Alsace pour une seconde victoire.    Photo Serge Perrier
Cécile Colomb et les Bugistes en Alsace pour une seconde victoire.   Photo Serge Perrier

Les Culoziennes ont ouvert leur compteur au soir de la septième journée après leur victoire logique face à leurs voisines villeurbannaises.
Après un week-end de pause, elles se rendront en Alsace avec la ferme intention de doubler la mise face à une autre formation du bas de tableau.
La formation de Geispolsheim affiche deux résultats positifs : celui obtenu lors de la deuxième journée contre le Centre fédéral (75 à 52) et celui décroché de manière renversante à Istres (83 à 81) lors de l’ultime journée.
Les deux équipes restent donc sur une victoire et joueront une rencontre qui peut s’avérer décisive dans la course au maintien, dans laquelle elles semblent condamnées à évoluer jusqu’à l’issue de la saison.
Les résultats actuels en font foi, ainsi que le nombre limité d’entraînements qu’elles effectuent (trois pour Culoz, quatre pour Geispolsheim).
En déplacement professionnel en Alsace cette semaine, Olivier Mognon a laissé les rênes de l’entraînement à son assistant Hervé Couvé.
Ce dernier trace l’emploi du temps des Culoziennes depuis leur succès contre Villeurbanne : « Les filles ont beaucoup travaillé physiquement avec le préparateur physique lors de la première semaine. Ce lundi, nous avons travaillé le shoot et la vitesse. Pour les séances de mercredi et de vendredi, que j’ai dirigées en l’absence d’Olivier Mognon, nous avons revu nos mouvements et nos principes. Nous nous déplaçons avec de grandes ambitions. Les filles sont motivées et ont bien travaillé. Nous sommes sur de bons rails, nous devons essayer d’enchaîner avec une victoire à l’extérieur. »
Culoz BC.- Elodie Fayard ; Perrine Chinal ; Stéphanie Comte ; Elodie Michalak ; Lucile Chaboud, Florence Genier, Lucja Tomczak, Cécile Colomb, Elodie Candy.
GEISPOLSHEIM - CULOZ
Ce soir à 20 heures à Geispolsheim.

Repères - Nationale 1 féminine.Brèves

18

Le nombre de points de retard que comptait Geispolsheim à la 29 e minute, lors de son dernier match en déplacement à Istres, le quatrième de la poule.
Les protégées de Patrick Lazare ont effectué une fin de rencontre spectaculaire pour inverser la tendance et l’emporter au final de deux points (83 à 81).
Les Alsaciennes ont ainsi arraché leur seconde victoire de la saison.


Patrick Lazare

L’entraîneur de Geispolsheim est en place depuis 2005.
Cet ancien joueur fit les beaux jours de la SI Graffenstaden dans les années 1980.
Il fut assistant entraîneur en équipe de France féminine A en 1997 et 1998.
Il est à l’origine de l’extraordinaire ascension de l’équipe fanion féminine de Geispolsheim qui était en Nationale 3 en 2005. Les Alsaciennes ont accédé à la Nationale 2 (2009), puis à la Nationale 1 (2010) et se maintient depuis deux ans.


La victoire contre Villeurbanne a montré aux filles qu’elles étaient capables de gagner un match en Nationale 1. Maintenant il faut en gagner un deuxième dès ce samedi car après, contre Chenove, ce sera plus difficile.

Philippe Comte
Président de Culoz


Posté le 07/11/2012

NATIONALE 1 féminine olivier Mognon (Culoz BC).« Nous avons prouvé nos capacités »

Publié le 07/11/2012 
à 06:00 pa

Depuis trois rencontres, Olivier Mognon est satisfait des prestations de son équipe qui vient d’enlever son premier match.

Olivier Mognon prodigue ses conseils.  Photo Serge Perrier
Olivier Mognon prodigue ses conseils.  Photo Serge Perrier
Culoz a décroché un premier succès samedi soir dans sa salle face à Villeurbanne après avoir essuyé six revers.
Intronisé entraîneur en début de saison, Olivier Mognon revient sur ces débuts difficiles et se projette sur l’avenir.
Comment s’est déroulée cette première rencontre victorieuse ?
Je l’ai bien vécue pendant 35 minutes. Et à partir de là, les filles ont déjoué face à une défense villeurbannaise qui était montée un peu en intensité. Nous avons eu peur pendant un moment. Il a fallu attendre une minute après le temps mort pour que les choses rentrent dans l’ordre.
Comment expliquez-vous ce début de saison raté ?
Il nous a manqué des matches de préparation suite à des défections que l’on n’a pas pu remplacer. Pour nous, les deux premières rencontres de championnat contre Charnay et Colomiers étaient encore des rencontres de préparation. Au moment où l’on aurait dû prendre nos premiers points, nous avons manqué de ressources psychologiques. Le doute s’est immiscé dans les esprits et, en fin de match, nous avons lâché. Il a fallu que l’on amène des choses sur le plan du jeu pour conforter et cadrer. Notre saison a commencé depuis trois matches et l’on en a gagné un. Nous avons pris plus de temps que les autres car il ne faut pas oublier que c’est nous qui nous entraînons le moins.
Comment se présente l’avenir ?
Nous ne nous enflammons pas car nous avons gagné un match mais il faut en gagner d’autres. Nous avons prouvé nos capacités à évoluer en Nationale 1. Nous possédons un catalogue stratégique suffisant. Nous devons éviter de déjouer en jouant collectivement dans les moments difficiles. Les équipes vont nous aborder différemment et nous devrons entrer dans nos rencontres avec sérieux. En dehors des quatre ténors, Saint-Etienne, Chenove, Charnay et Colomiers, toutes les autres équipes vont batailler avec nous. Nous ferons un premier point à la fin de la phase aller. En attendant, nous allons visionner notre match victorieux pour retenir les choses positives et nous allons faire un rappel de VMA lors des prochains entraînements.




Posté le 05/11/2012

Nationale 1 féminine.Culoz ouvre son compteur

Publié le 05/11/2012 
à 06:00 pa

Malgré une frayeur en fin de match, les Culoziennes ont dominé Villeurbanne pour engranger leur première victoire

Lucja Tomczak a été une nouvelle fois la meilleure marqueuse culozienne . Photo Serge Perrier
Lucja Tomczak a été une nouvelle fois la meilleure marqueuse culozienne . Photo Serge Perrier
Après six revers, les Culoziennes avaient pris rendez-vous avec la victoire lors de cette septième journée pour la réception de Villeurbanne. Elles ont répondu présent malgré la pression de cette obligation de résultat.
Les visiteuses Kevorkian et Bertal placent les premières banderilles (6 à 1, 2 e). Tomczak et Coutaz ne tardent pas à réagir, dans la complicité, pour hisser leur équipe en tête (9 à 8, 5 e).
Les Villeurbannaises sont pénalisées par des fautes offensives et les Bugistes se détachent (20 à 10, 8 e), Tomczak affichant une efficacité sans faille dans la peinture.
Culoz inscrit 25 points en dix minutes pour une échappée significative (plus 11).
Dans le second acte, les joueuses de l’Ain sont moins prolifiques en attaque et cèdent assez souvent dans les duels. Les Rhodaniennes maladroites, notamment aux lancers, n’en tirent pas de profit.
Les protégées d’Olivier Mognon et d’Hervé Couvé restent largement détachées à la pause (41 à 28).
Colomb s’illustre à la reprise avec des tirs lointains qui créditent sa formation de 21 points d’avance (51 à 30, 23 e).
Karlefors sonne la révolte avec deux tirs bonifiés tandis que la meneuse Kervokian dynamite la défense adverse. Les Villeurbannaises amorcent leur remontée (44 à 56, 28 e).
À cinq minutes du terme, Michalak et Chinal maintiennent leurs hôtes à distance (68 à 53). C’est alors que survient un gros passage à vide des locales, peut-être envahies par la peur de gagner.
Villeurbanne assène un 10-0 pour revenir à cinq points (63 à 68) avec la balle main, à deux minutes du terme.
Dans la foulée de l’occasion rhodanienne perdue, Chinal, à trois points, stoppe l’hémorragie pour rassurer les siens.
Tomczak enfonce définitivement le clou en inscrivant les six derniers points de Culoz.
La victoire (77 à 66) des filles du président Philippe Comte est logique et méritée face à des Villeurbannaises aux abonnées absentes en première mi-temps.

Les réactions

Photo Serge Perrier
Photo Serge Perrier
Laure Coutaz (capitaine de Culoz).- « Nous avions beaucoup de pression et nous avons bien su la gérer. Nous avons su la transformer en énergie positive en entamant bien le match et en gardant cette énergie pendant quarante minutes pour rester toujours devant. Nous devons construire sur cette lancée. »
Solène Vintejoux (manager de Villeurbanne).- « Culoz mérite sa victoire. Nous avons mal joué en première mi-temps. Notre réaction a été trop tardive. Nous n’avons pas été à notre niveau. Nous devons redoubler d’efforts pour la suite du championnat. »
Jean-Pierre Gomez (président de la ligue du Lyonnais).- « Je pense que cette victoire des Culoziennes va servir de déclic. Cela va permettre d’engranger de la confiance qui sera précieuse pour rendre les filles plus sereines sur les fins de match. »


Posté le 03/11/2012

Nationale 1 féminine CULOZ BC – AS Villeurbanne (ce soir à 20 heures).Culoz veut débloquer son compteur

Publié le 03/11/2012 
à 06:00 pa

Rassérénées avec deux prestations convaincantes, les Culoziennes doivent franchir l’obstacle villeurbannais afin d’enlever une première victoire.

Lucile Chaboud et les Culoziennes visent la victoire contre Villeurbanne.  Photo Serge Perrier
Lucile Chaboud et les Culoziennes visent la victoire contre Villeurbanne.  Photo Serge Perrier
Après deux couacs contre Brive et le Centre Fédéral, les Culoziennes ont redressé la pente. Un bon match de rattrapage à la Tronche et une reconquête de leur public face au leader stéphanois, samedi dernier, les ont mises en confiance.
Pourtant lors de ces deux confrontations, la victoire leur a tourné le dos dans les dernières secondes. Les deux premiers étages de la fusée porteuse d’espoirs ont bien fonctionné, reste maintenant à libérer le troisième étage celui de la victoire. L’entraîneur Olivier Mognon confirme : « Nous avons mis plus de temps que les autres formations de la poule à entrer dans notre jeu, puis nous avons eu une baisse de confiance suite à nos premières défaites. Nous sommes sur la bonne voie, il faut dorénavant prendre des points. Il faut voir ce que cela fait de gagner en Nationale 1 pour s’installer dans une nouvelle dynamique avant un déplacement prenable à Geispolsheim. »
L’objectif est donc clairement affiché pour la venue de Villeurbanne ce soir à la salle Jean-Falconnier. En préparation, les Bugistes ont croisé deux fois le chemin des Villeurbannaises, avec une défaite dans le Rhône (moins 18) et un succès dans l’Ain (plus 4). Deux rencontres pas très significatives tant les entraîneurs ont cherché à brouiller les pistes afin de ne pas dévoiler leurs batteries avant les futures joutes en championnat.
Le seul enseignement notoire est que ces deux équipes seront à la lutte pour le maintien. Depuis Villeurbanne a signé trois succès qui respectent son tableau de marche, Culoz a pris du retard à l’allumage. Le match de ce soir est un match charnière pour la formation de l’Ain et son coach Olivier Mognon.
Composition de Culoz.- Luja Tomczak, Lucile Chaboud, Stéphanie Comte, Elodie Fayard-Rollet, Laure Coutaz, Charlotte Michalak, Florence Genier, Cécile Colomb, Elodie Candy, Perrine Chinal.
> CULOZ BC - AS VILLEURBANNE
Samedi à 20 heures, au gymnase Jean-Falconnier.
Serge Perrier


Posté le 02/11/2012

Culoz Basket : le CBC reçoit Villeurbanne

Publié le 02/11/2012 
à 06:00 pa

Première victoire attendue demain soir pour le CBC   face à l’AS Villeurbanne en NF1.  Photo François Ducruet
Première victoire attendue demain soir pour le CBC face à l’AS Villeurbanne en NF1.  Photo François Ducruet


Demain à 20 heures, à la salle Jean-Falconnier, le Culoz basket club reçoit l’AS Villeurbanne pour le compte de la 7 e journée du championnat de Nationale 1 féminine. Face à une formation rhodanienne qui présente un bilan équilibré jusqu’ici (3 victoires pour 3 défaites), l’équipe dirigée par Olivier Mognon espère bien décrocher un premier succès et ainsi lancer sa saison. Pour rappel, en match de préparation, les Culoziennes avaient pris le dessus sur les Villeurbannaises. De quoi croire en leurs chances






























































































 

© 2010 CULOZ BASKET CLUB - 01350 CULOZ | Téléphone : 0618833308